Conception du site:
3Skis Productions

Juste Robert en septembre à la Forge!

Si vous nous suivez depuis un bout, vous aurez compris qu’on fait souvent le pari de vous présenter des coups de cœur incroyables que vous n’aurez pas nécessairement l’occasion de voir dans l’coin, autrement. L’artiste Jean-Robert Drouillard est de ceux-là.

Juste Robert sculpte sa carrière d’auteur-compositeur-interprète en dilettante, occupé sinon à faire chanter le bois, le plâtre ou l’aluminium. Qu’il crée sous son vrai nom comme artiste visuel ou sous l’alias musical Juste Robert, l’intention reste la même, celle d’enluminer son clan : amical, familial, faunique.

« Dans mon esprit, je vois ce disque-là comme une suite de nouvelles, d’autofictions. »

Ce « disque-là », c’est Ta théorie sur la lumière, troisième album long. Ses 10 nouvelles pièces à haute teneur folk déjouent la morosité et mettent l’emphase sur la beauté des choses simples. Et devant ces choses simples, justement, on a souvent l’impression que Juste Robert peint des chansons, des toiles tantôt hyperréalistes, avec force détails (Le moineau), tantôt impressionnistes, avec leurs reflets de lumière.

« Il y a ta femme dans sa chemise blanche / et le soleil le soleil par la fenêtre / trace des formes géométriques / sur le plancher de la chambre / des années lumières juste là. »

À travers ses textes imagés et avec ton timbre de voix unique, il nous transporte dans un univers à la fois émouvant et réconfortant que certains comparent à ceux de Tire le coyote ou Richard Desjardins.

Réalisé à Québec par Benoit « Shampouing » Villeneuve, on y retrouve des structures folks, légèrement rock et parfois teintées de pop. C’est doux, c’est beau, c’est intime et soudain, bang, ça remue!

Juste Robert se dépose sur la scène de la forge à Bérubé le 17 septembre prochain, avec sa musicalité parfaite pour dire aurevoir à l’été pis salut-my-god-que-tu-m’as-manqué à l’automne.